Le Credo de la JCEF

Les membres de la Jeune Chambre Économique, sont animés par un credo commun fondateur des valeurs qui animent le mouvement.
Il est régulièrement rappelé lors des Assemblées Générales :

Nous croyons,
Que la foi en Dieu donne à la vie son véritable sens,
Que la fraternité humaine transcende la souveraineté des nations,
Que la liberté des individus et de l’entreprise assurera mieux la justice économique,
Que le gouvernement doit s’appuyer sur la loi et non sur l’arbitraire,
Que la personne humaine est la plus précieuse des richesses,
Et que servir l’humanité constitue l’oeuvre la plus noble d’une vie.

Credo de la JCEF

A l’époque de sa création en 1946, ce texte donna lieu à de nombreuses discussions sur l’interprétation du Credo.
L’auteur lui-même déclara : « Chaque Jaycee est libre d’interpréter le Credo selon sa propre conscience« .

Néanmoins, et d’une manière générale, il est communément admis que :

« Nous croyons »

Chacun doit croire à un idéal, à un principe ou à une philosophie particulière. Croire, signifie mettre en application ce que l’on croit être vrai.

«  . . . Que la foi en Dieu donne à la vie son véritable sens .. . . »

Dans cette phrase, « Dieu » ne fait référence à aucun Dieu spécifique, mais se rapporte à une puissance suprême omnipotente. Peu importe qui est -ou ce que représente- votre Dieu ; cette phrase signifie que vous devez croire à quelque chose.

« . . . Que la fraternité humaine transcende la souveraineté des nations . . .« 

Cette phrase abolit toutes les frontières qui ont été imaginées par l’Homme. Elle signifie simplement que les hommes et les femmes sont égaux. Elle respecte le sentiment de loyauté d’un individu à l’égard de son pays, mais en même temps elle renforce l’idée que l’être humain est un citoyen du monde.

« . . . Que la liberté des individus et de l’entreprise assure mieux la justice économique . . .« 

Les membres de la Jeune Chambre croient que l’Homme doit être libre d’utiliser ses compétences et capacités à leur maximum pour améliorer sa situation économique, dans le respect celles des autres.

« . . . Que le gouvernement doit s’appuyer sur la loi et non sur l’arbitraire . . .« 

Ce principe du Credo signifie simplement que personne n’est au dessus de la loi et que la loi doit être la même pour tous les individus, indépendamment du statut particulier d’une personne au sein de la société. Le gouvernement doit être basé sur des lois constitutionnelles, acceptées et ratifiées par la majorité des citoyens. Le pouvoir de changer les lois et d’élire des gouvernements doit rester entre les mains de la majorité des citoyens.

 » . . . Que la personne humaine est la plus précieuse des richesses . . . « 

Chaque vie sur cette planète est unique, et il convient de la chérir. La diversité et le respect de la vie sur Terre est une des clés pour un monde meilleur.

 » . . . Et que servir l’humanité constitue l’oeuvre la plus noble d’une vie. »

Ce dernier principe du Credo est l’aboutissement logique des lignes précédentes. Une personne qui croit au Credo trouvera très certainement que servir l’humanité constitue l’oeuvre la plus noble d’une vie.